L’après-attentats…Comment parler des faits graves qui ont marqué la France au mois de janvier ?

Pour comprendre les attentats perpétrés à l’encontre du journal satirique Charlie Hebdo et des juifs à l’Hypercacher, six journalistes de la classe Média ont mené une réflexion accompagnés de journalistes, de chercheurs et d’écrivains pour ensuite soumettre leurs interrogations à leurs invités d’exception : M. Le Maire de Saint-Denis, D. Paillard, Mme de Montaigne (écrivaine), M. Champremier-Trigano (journaliste et beau-frère de Wolinski) et M. Santaki (écrivain).   Photo JIM  Leurs stylos sont trempés dans l’acide, leur plume est acérée. L’attentat contre le journal satirique nous montre qu’ils étaient redoutés. Quand a commencé la caricature ? Est-elle plus provocatrice aujourd’hui? Elle devient importante pendant la Révolution française et vise des autorités comme le Roi et l’Eglise. Elle a pour but de faire peur aux puissants et faire rire les sujets. Au 19e siècle, Daumier qui refuse la censure, dessine Louis-Philippe jusqu’à le défigurer pour le faire ressembler à une poire. Désormais la caricature est partout : journaux, internet, télévision comme avec Les Guignols. Elle nous ouvre les yeux sur la réalité du monde. Est-ce provocateur ? Pour la revue jésuite Etudes, ça l’est mais elle soutient le journal car pour elle : « la liberté d’expression est un élément fondamental de notre société ». Elle a ainsi publié les caricatures du Pape. Charlie Hebdo ne cherche donc pas à se moquer des musulmans mais des excès religieux et politiques. Parmi les 3 terroristes, 2 d’entre sont allés en prison où ils se sont radicalisés. G. Larrivé, député de l’Yonne, avait ainsi écrit à l’automne 2014 un rapport sur la radicalisation islamiste en prison. Le Monde du jeudi 15 janvier 2015 révèle ensuite que le Président du groupe UMP à l’A. Nationale réclame la création de centres spéciaux pour les djihadistes. E. Valls quant à lui, plaide pour des quartiers spéciaux au sein des établissements pénitentiaires. Mais ceci est problématique car c’est séparer le djihadiste du groupe. Quel suivi propose-t-on en prison ? Y a-t-il des éducateurs ou des psychologues? Des imams? De quelle manière sont-ils formés ? Quel est le suivi une fois sortis de prison ? Concernant l’école, dans le journal Le Un, J.Prieur dit qu’on devrait faire l’histoire des religions pour voir leurs liens. Son idée n’est pas nouvelle, elle est déjà dans le programme de 6e et 5e. Mais est-ce suffisant ? « Bien fait pour eux ! » Plusieurs internautes ont fait part de leur joie suite aux attentats. On a également vu « Je suis Charlie Coulibaly » sur Twitter. Quels rôles joue internet dans la propagande djihadiste ? Tout d’abord, ils agissent au nom de l’islam radical et se donnent le droit de tuer au nom de Dieu pour chercher à se faire voir sur internet via Facebook pour impressionner et recruter de nouveaux membres-surtout des jeunes. Ainsi, Le Monde révèle que la vidéo d’A.Coulibaly postée sur Facebook, a été visionnée plus de 1,6 millions de fois. Les réseaux sociaux servent donc à diffuser la propagande djihadiste. Débat CH JIM6 Assemblée Suite aux attentats commis au nom de l’islam, comment faire pour ne pas amalgamer islam et terrorisme ? Musulman et étranger ? Tel D. Pujadas qui a déclaré sur le plateau du 20h en janvier 2015 que « la victime était un musulman marié à une française ». Etre musulman, est-ce ne pas être français ? Là est l’amalgame entre religion et nationalité. Les frères Kouachi et A. Coulibaly se disaient musulmans mais ils étaient aussi des français. Pourtant, ils ont tué des français au nom de l’islam. D’ailleurs, les attentats ont été menés contre des juifs, des policiers, des dessinateurs, des athées et des musulmans…français. Il faut donc faire une différence entre le terrorisme, l’islamisme et l’islam, entre terroristes islamistes et musulmans. Les terroristes comme DAECH veulent créer un état qui se dit islamique par la peur et la destruction grâce à la religion. Quel rapport alors entre le Coran et le djihadisme? Selon Philosophie magazine du mois de mars, le Coran est tabou pour les musulmans car sacré :les paroles sont de Dieu. Mais les lectures s’opposent. C’est un texte difficile à comprendre et à analyser. Depuis des années, les experts religieux sont en désaccord face à son interprétation. Et,selon les règles du pays, il n’est pas toujours possible d’appliquer les principes religieux à la lettre, à moins de devenir radical ou d’être dans un pays musulman comme en Arabie Saoudite. Le problème, c’est d’entendre des Hommes qui parlent au nom de Dieu pour dire aux autres d’appliquer ce que eux veulent, comme avec DAECH qui incite à tuer pour son propre intérêt. C’est pourquoi la loi contre le terrorisme adoptée en novembre dernier cherche à bloquer les sites incitant à commettre des actes terroristes. Ce ne sont pas les lecteurs qui sont visés mais bien les auteurs. Aujourd’hui, 5 sites viennent d’être bloqués mais on sait aussi que les frères Kouachi et A. Coulibaly ne se sont pas radicalisés à partir d’internet seulement. Photo JIM « La France est en guerre contre le terrorisme » déclara le 13 janvier E. Valls. Les hommes politiques semblent vouloir agir. Mais pourquoi maintenant ? Le gouvernement a réagi en prenant d’importantes décisions tardivement et malgré les menaces de l’Etat dit « Etat islamique » ou d’autres djihadistes. Quelles sont ces décisions ? Tout d’abord, un renforcement des moyens humains et matériels, un cadre juridique pour l’action des R.G, une détection renforcée de la radicalisation, une prise en charge et un suivi accrus des radicalisés, une action renforcée de la prévention de la radicalisation ; ce qui se traduit par un durcissement répressif ( contrôles policiers accrus, plan Vigipirate renforcé (militaires dans les lieux publics et devant les lieux de culte juifs et musulmans)), renforcement du contrôle des passagers, retrait du passeport des voyageurs en provenance des pays sensibles (Syrie, Afghanistan),  création de cellule d’écoute pour les familles d’enfants radicalisés, lutte contre les filières et actions de propagande. Mais ces décisions vont-elle améliorer le climat entre les citoyens ? Comment contrôler sans stigmatiser ? Les explications du gouvernement restent encore vagues même si le site http://www.stop-djihadisme.gouv.fr reste accessible à tous. Retrouvez bientôt la suite de nos journalistes Donia, Mariam, Chahida, Billy, Kenzo et Ayoub  en vidéo!   Photo JIM

Dossier Spécial « Après les attentats du mois de janvier »: deux débats exclusifs pour comprendre…

En attendant le montage des deux débats suite aux attentats, voici un premier avant-goût…

Deux débats pour une journée spéciale, pensée et mise en oeuvre par nos journalistes de la classe média:

* Débat de la matinée: « Laïcité et religion, est-ce contradictoire? » Echanges et réflexions avec trois représentants des religions monothéistes

* Débat de l’après-midi: « Comment comprendre les attentats du mois de janvier? Que faire pour la suite? » Echanges et réflexions avec M. Paillard, Maire de Saint Denis, R. Santaki, Ecrivain de Saint Denis, M. A. Champremier-Trigano, Journaliste et proche de Wolinski et Tania de Montaigne, scénariste, journaliste et écrivaine.

Regardez, Riez, Réfléchissez… Appréciez!

Iqbal Actu s’est fait repérer par le Clemi !

media3http://www.ac-creteil.fr/retrouvezlactualite-mars2015-educationauxmedias.html

Suite aux attentats du mois de janvier, la Rédaction a décidé d’interroger la laïcité, la liberté d’expression et le rôle des médias pour tenter de comprendre ces événements qui ont touché la France…

Appréciez les journalistes au travail pour décrypter l’info, repérer les actus qui touchent et intéressent les ados mais aussi pour traiter l’info à chaud!